L’UNACOIS YEESSAL prône le « Made in Sénégal »


L’Union Nationale des Associations de Commerçants, Opérateurs et Investisseurs du Sénégal(UNACOIS) était en conférence de presse ce mercredi 26 décembre 2018 dans les locaux de leur siège se trouvant à dieuppeul.Cette rencontre avec la presse a pour principal objectif selon l’UNACOIS de discuter de leur activité, de leur programme et de la situation du commerce et de la distribution au Sénégal.

C’est par un point de presse que l’UNACOIS YEESSAL a tenu de demander au gouvernement du Sénégal de rectifier par rapport à l’implication du secteur privé national dans l’exécution des projets du PSE2.En ce qui concerne le commerce et la distribution, CheikhCISSE, président de l’UNACOIS affirme qu’ils ont toujours préconisé la promotion des produits locaux pour diminuer les importations qui ne font qu’enrichir des producteurs exerçant sous d’autres cieux. Dans cette optique il dit : « Nous, UNACOIS YEESSAL, mettons sur le même pied le kg de sucre de la CSS, la sandale du cordonnier de « Ngaay » ou de la Médina, le litre d’huile de la SONACOS, le kg de noix d’acajou d’un cultivateur de la Casamance, que le panier de « Yaaboy » de la mareyeuse de Kayaar ! Nous soutenons sans réserve le produit « Made in Sénégal. »Pour ce dernier le Sénégal doit produire, consommer, exporter plus et importer moins afin de participer au rétablissement du déficit de la balance commerciale « Notre économie ne s’en porterait que mieux. »

Louis Lamotte de la CSS (Compagnie Sucrière Sénégalaise) pense que c’est d’une nécessité de coopérer pour que l’économie du Sénégal se développe à travers l’industrie, l’artisanat et l’agriculture. Et c’est dans cette logique que S’inscrit selon lui l’UNACOIS YEESSAL et déclare dans ses propos « Sans les industries, sans l’activité agricole, sans l’artisanat, y’à point de développement. »Concernant l’agenda de 2019, l’UNACOIS YEESSAL mettra en place en partenariat avec Sunu assurances, le package « xodeeku », la réalisation de constructions ignifugées contre les incendies, le centre d’incubation « IT LAB SENEGAL » et le projet avec OKAPI FINANCE dans le domaine du mobile money.

Quant à la situation spécifique du sucre, un groupuscule de cinq « mafieux » comme il l’appelle serait en train de prendre tout le Sénégal en otage. Interpellé sur la question de qui s’agit-il, c’est Moustapha TALL, premiervice-président de l’UNACOIS YEESSAL qui intervient en disant que ça concerne de l’autre côté de l’UNACOIS JAPPO qui est dirigé par cinq personnes. Selon lui ils ne sont pas les véritablesreprésentants des commerçants en réitérant ainsi « nos véritables représentants ce sont les membres de l’UNACOIS YEESSAL. »Il rappelle que l’UNACOIS JAPPO était là avant pour transitoirement pour l’unification et qui devait diriger pour 2 ans cela ne leur confère pas d’être maintenu et de représenter le secteur privé « on veut que ça soit clair dans la tête de tout le monde, que les autorités sachent que y’a plus personne là-bas. On est prêt même à faire une élection de représentativité »dit-il. Ainsi le premier vice-président en parlant sous le contrôle de l’UNACOIS exige de l’état du Sénégal d’intervenir et de retirer cette prérogative qui leur est destiné « il est temps que l’état retire, sinon on va descendre dans les rues. »

Dieynaba agne

Previous Collectif Citoyen des Usagers de l’Autoroute à Péage (CCUAP) denonce l'arnaque de la société Eiffage-Senac et interpellent l’Etat
Next Des syndicalistes militent pour une hausse du budget alloué à l’ISRA