MACKY SALL « La santé est un enjeu stratégique de développement »


L e Président de la République, Macky Sall, a appelé ce lundi au renforcement des capacités de surveillance épidémiologique, de détection et de riposte aux urgences sanitaires en Afrique, arguant qu’il est impératif de collaborer entre les pays du continent pour faire face plus efficacement aux épidémies. Le chef de l’Etat, qui présidait la 68ème session du comité régional de l’Afrique de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ouverte lundi à Dakar (27-31 août), s’est appesanti sur la centralité des ressources humaines.

« Nous devons mettre l’accent sur la promotion de la prévention, moyen le plus efficace de lutte contre les maladies non transmissibles. Dèslors, le renforcement de nos capacités de surveillance épidémiologique, de détection précoce et de riposte aux urgences sanitaires s’imposent », a soutenu le Président Sall. Le chef de l’Etats’est appesanti sur la centralité desressources humaines. « Les investissements doivent être orientés vers le capital humain. Nossystèmes de santé continueront d’être fragiles si nous ne renforçons pas nos ressources humaines et si nous ne les formons pas dans les domaines les plus pointus », a-t-il insisté. Il a défendu l’importance de renforcer la collaboration entre nos pays pour faire face plus efficacement aux épidémies. « L’Agenda 2063 de l’Union africaine nousinvite à l’intégration. Nous devons, à l’échelle régionale, identifier, évaluer et communiquer les menaces actuelles et futures sur la santé humaine, du fait des maladies à potentiel épidémique et endémique, et préparer la riposte le cas échéant », a-t-il dit en présence de 47 délégations et ministres de la Santé de l’Afrique. Il a exhorté à investir davantage de ressources dans la mise en place d’infrastructures, et d’équipements adaptés et de qualité. Pour lui, la santé est un enjeu stratégique de développement pour tout Etat qui aspire au progrès social et économique. Selon lui, elle n’est pas un investissement à fonds perdus, elle est un facteur de performance économique et de développement. « Nous devons aussi nous engager dans une gouvernance sanitaire capable de garantir la transparence, l’équité et la participation des communautés », a plaidé Macky Sall. « C’est autant de défis que le continent doit relever pour atteindre la couverture sanitaire universelle », a-t-il lancé, en présence du Directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et de la Directrice régionale pour l’Afrique

Précédent PRÉSIDENTIELLE 2019:Les candidats «farfelus» à l’épreuve du parrainage
Suivant SANTE: Le Sénégal ne compte que cinq médecins gériatres…