Meuniers: vers un week-end sans pain


Décision des meuniers et industriels d’arrêter la production de farine
Vers un week-end sans pain

Les meuniers et industriels sénégalais ont décidé d’observer un arrêt de la production nationale de farine jusqu’à nouvel ordre, protestant contre les difficultés que connaît le secteur et que les autorités n’arrivent pas à résoudre.
L’Association des meuniers industriels du Sénégal (AMIS) a annoncé, dans un communiqué rendu public qu’elle va maintenir l’arrêt de sa production nationale de farine jusqu’à nouvel ordre. « C’est avec un profond regret et une grande désolation que nous vous annonçons le maintien de l’arrêt jusqu’à nouvel ordre de production nationale de farine », ont-ils dit dans un communiqué signé Claude Demba Diop, le président de AMIS. Selon les membres de cette association composée de meuniers industriels, la crise de cette filière qu’ils redoutent est devenue inéluctable. Ils soutiennent que la crise sociale tant évoquée ne les a pas épargnée. Ils comptent même annoncé un chômage technique dans les prochains jours. « L’arrêt de nos installations se poursuivra jusqu’à ce qu’une réponse assurant la survie des meuniers soit clairement apportée », lit-on dans le texte. Selon eux, le motif de cette décision d’arrêter la production découle des difficultés que connaît le secteur liées a la production, mais a la livraison de farine, sans oublier la vente à perte qui continue depuis plusieurs mois. « A ce jour, les alertes, les propositions et notre disposition à trouver une solution adaptée sont restées sans effet. De sorte que le prix homologué du sac de farine de 50kg ne permet pas une reprise d’activité et de commercialisation de la part de l’ensemble des Meuniers Industriels du Sénégal », écrit la source. Les camarades de Claude Demba Diop estiment que le gouvernement doit réagir face a cette situation. Car, pour eux, il est urgent de sauver 1350 emplois directs et 15 000 indirects, de viabiliser notre modèle industriel et social et de préserver notre autonomie en farine depuis plus de 60 ans. L’AMIS fait savoir qu’elle poursuivra cet arrêt de la production tant qu’une réponse rassurant ne lui a pas été donné par les autorités, pouvant assurer la survie des meuniers et industriels soit clairement apportée. « Il est à présent urgent d’appliquer la structure des prix validée en Comité de Suivi des Prix présidé par le ministère des finances. Soit une farine à 19 193 FCFA par sac en complément de la renonciation totale de la TVA et des droits de douane sur le blé », soulignent-ils. Ils se disent aussi convaincus que seule une industrie forte et dynamique peut apporter du développement, de l’emploi, du pouvoir d’achat et des recettes fiscales nécessaires au devenir du Sénégal.
IAD

 

Previous Ville de Dakar : Yewwi Askan wi porte son choix sur Barthélemy Dias
Next Locales à Ballou (Bakel) : Le sous-préfet a refusé la liste de Yewwi Askan Wi