» Objectif zero faim » FAO prépare ça 74éme anniversaire

La FAO dans l’atteinte de la Faim Zéro
En prélude de la journée mondiale de l’alimentation, la FAO a fait face à la presse pour parler de ce 74ème anniversaire de la fondation de l’organisation. Cet événement d’une haute portée du calendrier des nations unies a pour but de renforcer la sensibilisation et l’action en faveur de l’objectif Faim Zéro.


L’organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture(FAO) s’est exprimée hier en marge de la journée mondiale de l’alimentation 2019 qui marquera le 74ème anniversaire de la fondation de l’organisation. Le thème choisi pour cette année « Agir pour l’avenir. Une alimentation saine pour un monde de faim zéro »revêt de l’atteinte Faim zéro qui selon eux n’est pas juste donner à manger aux affamés mais aussi nourrir les personnes et prendre soin de la planète. Le coordonnateur du bureau sous régional de la FAO de l’Afrique de l’Ouest et représentant de la FAO au Sénégal Gouantoueu Robert GUEI, concerné par les problèmes de l’alimentation et de l’agriculture parle d’un thème choisi pour le réveil des consciences. Accompagné par le rapport de la FAO sur l’état de la sécurité alimentaire, le représentant au Sénégal renseigne d’un résultat alarmant. En terme de chiffres, la FAO a publié plus de deux milliards de personnes touchés par l’insécurité alimentaire dus à un manque de se nourrir correctement(les pauvres avec en majorité des femmes affectés par cette situation de famine),au niveau de l’Afrique de l’Ouest, un nombre accrus de personnes sous alimentés sont également affectés passant de 33,2millions à 51,6millions de 2006 jusqu’en 2018.51,6 millions à 64,3millions en termes d’insécurité alimentaire pour 2019,le nombre de personne en alimentation modéré ou grave set passé de 100,2millions à 177,2millions.
Ainsi dans le cadre des stratégies en particulier le Sénégal, Dr GUEI affirme que c’est de la responsabilité du gouvernement de s’occuper du Sénégal « nous sommes une organisation restreinte et nous sommes ici pour accompagner l’état du Sénégal »dit-il. Un cadre stratégique est établi afin de répondre sur la mise en œuvre au plan agricole du plan Sénégal emergent.Selon ce dernier grâce aux partenaires techniques et financiers et du financement de l’état, la FAO parvient à recevoir des moyens de services gouvernementaux pour pouvoir mettre en œuvre ce programme prioritaire.
L’Agronome M.Ababacar DIOUF dans son intervention est revenu sur les points essentiels dont la cartographie des zones vulnérables liée aux régions du Sénégal. Sur le plan institutionnel, celui-ci révèle que c’est prématuré de se livrer à des supputations en n’ayant des données chiffrées et renseigne d’une instance qui s’occupe de cette cartographie surtout après la campagne agricole pour faire la collecte des données sur le terrain. Pour ce qui est de l’éradication de la malnutrition, l’agronome rejoint le coordonnateur en ajoutant qu’il conviendrait d’abord de régler le problème de la disponibilité en intégrant la production locale.S’agissant des actions à mener, il souligne une innovation en déroulant la cérémonie sous une seule journée au musée de la civilisation noire.