ODD 16 au Sénégal : Enda Ecopop et l’Union Européenne prônent l’implication des jeunes dans la gouvernance locale


Enda Ecopop - Rapport de Restitution Sénégal et ODD 16

Enda Ecopop et l’Union Européenne ont organisé le Vendredi 21 Mai 2021 à la Résidence Mamoune un panel de restitution du rapport « Sénégal et ODD 16 » lancé en Septembre 2015 par les deux structures. Cet évènement s’est tenu sous la présence effective de M. Abdoulaye Cissé  responsable du développement des Capacités à Enda Ecopop, de Mme Aissatou Mbaye chargée du programme et des représentants de l’Union Européenne et du programme national de développement local (PNDL) entre autres. Après 5 ans d’exercice de ce projet, le bilan tiré est plus ou moins mitigé avec également des perspectives axes d’amélioration à l’horizon 2030.

Dans le cadre de l’adoption en Septembre 2015 du plan de développement durable à l’horizon 2030, la communauté internationale a établi une liste de 17 Objectifs de Développement Durable (ODD) pour 169 cibles. À l’instar de beaucoup de pays de monde, le Sénégal a développé une stratégie d’alignement et d’intégration de ces ODD dans son actuel référentiel de politiques publiques à savoir le Plan Sénégal Emergent (PSE). De plus, le troisième volet dudit PSE « Gouvernance, Institution, Paix et Sécurité » rentre en parfaite corrélation avec l’ODD 16 « Paix, Justice et Instituions Efficaces ».

C’est dans cette optique qu’Enda Ecopop Sénégal en synergie avec l’Union Européenne a lancé en 2015 un programme de « Renforcement du rôle et de la place des sociétés civiles du Sud dans la mise en œuvre d’un agenda 2030 transformateur ». À l’heure du bilan après 5 ans d’exécution de ce programme, Enda Ecopop a noté des avancements mais aussi quelques manquements notamment dans la bonne gouvernance, la corruption et l’accès des jeunes et femmes aux instances de décision.

Selon Mme Aissatou Mbaye, chargée du programme « l’heure est à l’instauration de la bonne gouvernance dans nos pays et à l’implication des jeunes dans la gestion des collectivités locales. » S’agissant de la corruption, Mme Mbaye  soutient que « les sensibilisations doivent être faites à la base notamment à travers des activités de communication en direction des citoyens sur les notions de développement durable et d’éthique entre autres. »

Previous Contribution: sommet de paris 2021 "cette Afrique qui doit sauver son économie " Alpha Ousmane Ndiaye journaliste chroniqueur
Next FONDS D’APPUI À LA PRESSE : LA CONSPIRATION DE LA TUTELLE ÉVENTRÉE ! (Par Aliou TOP)