Ouverture des restaurants: les restauratrices de Podor retrouvent le sourire.


Quelques jours après la l’autorisation de la réouverture des restaurants, les gérantes de restaurants dans les grandes agglomérations du département de Podor ont repris le travail.

Ces restaurants installés dans les gares routières comptent sur le dynamisme du transport urbain et la grande affluence du jour des marchés hebdomadaires. Avec la fermeture de ces derniers, les gérantes espèrent faire un chiffre d’affaire avec la reprise du transport inter urbain et les vendeurs de bétail.

A Galoya, ville très commerciale avec une gare routière très vivante, la restauration connait un boom depuis des années.

L’une des anciennes restauratrices, Djeynaba WELLE nous confie qu’elle a fermé son restaurant dès l’annonce du Président de la république du mois de mars contrairement aux autres gérants de restaurant. Elle ajoute qu’elle vivotait durant ces deux mois de fermeture de son restaurant car elle n’a que cette activité comme source de revenus.

Elle nous fait constater, après le redémarrage, qu’elle a diminué le nombre de kilogrammes de riz car les clients ne sont pas encore au rendez-vous comme avant la pandémie de la COVID 19. Elle finit par se désoler ne pas bénéficier de l’enveloppe louée par l’Etat pour le soutien au secteur, un secteur où elle n’est pas novice car elle tient son premier restaurant depuis les années 80. D’autres restauratrices rencontrées à Galoya, Pété, Aéré Lao confirment qu’elles n’avaient pas fermé mais leurs clients se comptaient par le bout des doigts. Aujourd’hui leur activité est en train de redémarrer petit à petit. Devant ces restaurants comme devant les autres lieux publics les autorités locales avaient installé un dispositif de lavage des mains depuis le début de l’épidémie. Ce dispositif est aujourd’hui renforcé par les restauratrices devant leur service. Dans ces restaurants que nous avons visités, nous avons trouvé des cuisinières et des servantes avec leur masque et quelques unes des gérantes qui instruisent aux clients le lavage des mains et leur rappellent le port systématique de masques.

Même si le problème de ces restaurants plus vieux que la pandémie est la promiscuité des lieux. Un problème qui fait qu’il est difficile de respecter la distanciation physique entre les clients. Les gérantes des restaurants retrouvent leur activité qui leur fait vivre et attendent avec impatience le recul du nombre d’infection à la COVID pour la réouverture des marchés hebdomadaires du département de Podor. Ces femmes considérées comme des « self made woman » du fait des leurs réalisations sont des soutiens de famille .

H NIANG Correspondant Podor

Previous Scandale de corruption (BATIPLUS) :Cheikh Yerim Séck vise à porter atteinte à l'honneur et la crédibilitée du ministre de la justice Me Malick Sall
Next Supposé deal entre Sonko et Tullow Oil : Les grosses révélations de la journaliste anglaise, Michelle Madsen