Oxfam lance le rapport de l’enquête sur la publication des contrats


C’est en présence de représentants de certaines compagnies pétrolières dont Mme Isabel Munilla, responsable des politiques de transparence dans le secteur extractif et aux côtés d’ONG de la société civile que Oxfam a présenté un rapport avec un focus sur le panorama des positions des entreprises basé sur une étude des politiques publiques et des engagements pris par quarante grandes sociétés pétrolières, gazières et minières.

Selon l’Oxfam, la publication des contrats dans les secteurs pétrolier, gazier et minier est une norme mondiale émergente. Compte tenu des progrès réalisés par les gouvernements, les institutions financières internationales et l’initiative pour la transparence dans les industries extractives(ITIE), ce rapport établi par l’Oxfam est une complémentarité des lacunes en matière de recherche sur les politiques des entreprises extractives en matière de publication des contrats. Mme Isabel Munilla, leader politique à Oxfam Amérique dans son interview nous a fait savoir que ce rapport était une enquête de 40 entreprises gazières, pétrolières, minières qui documente ses politiques d’appui de publication des contrats.

Ses entreprises figurent quelques entreprises au Sénégal telles que Cosmos, tullow et total qui sont dans le rapport de la publication des contrats. A ce titre, elle recommande l’ex-amination du contrat : « la recommandation d’Oxfam c’est qu’il faut examiner le contrat pour voir ce qu’elle contienne et c’est très important que les entreprises appliquent une discussion démocratique sur le contenu du programme. Ce rapport nous dit qui sont les entreprises qui appliquent ce contrat, ils sont les plus grandes entreprises du monde, les plus grandes minières, pétrolières. »Elle ajoute : « et Oxfam comme organisation applique les droits de citoyens pour savoir et décider de ce qui va en parte leur vie parce que Oxfam considère que les citoyens ont le droit de connaitre à l’intégralité des conditions sur lesquelles les ressources pétrolières, gazières et minières sont extraites et commercialisés et on a pris les normes ITIE et d’autres documents pratiquement les contrats grandes entre l’entreprise et le gouvernement et d’autres documents  très importants qu’il faut faire transparent comme ce qui  incluent la clause stabilisation, le paiement des redevances au gouvernement, les engagements en matière de production des plans de travail, les impacts sociaux et sanitaires, les infrastructures et les dépenses et aussi les exigences et consultations des parties prenantes . »

Elle a souligné que contrats publiés sont également sur le site web ITIE et rajoute qu’on peut mieux faire sans oublier de préciser que ceci est d’une importance capitale qui faire l’objet de discussion du contenu des contrats entre les citoyens et la société civile de manière compréhensive et explicite. Abdoul Malick MBODJ de la société civile et partenaire d’Oxfam dans son rôle à jouer affirme que ce rapport est un outil de compréhension, de la politique des compagnies en terme de la publication des contrats : « le gouvernement est obligé, la pression est mise sur le gouvernement sur la publication des rapports.

On considère que parties prenantes que sont ici les compagnies vont devoir avoir leur politique de publication des contrats, ce qui n’a toujours pas été le cas et jusqu’à présent y’a une norme émergente au niveau d’ITIE qui fait de la publication des contrats un encouragement mais qui est devenu au Sénégal quelque chose d’éthique. »A cela il confirme de la masse d’information qui est mise à la disposition des citoyens et du public averti et de dire qu’il convient maintenant à la société civile de se donner les moyens et les habitudes à analyser ce contrat, à comprendre ses contrats, à assurer le suivi des engagements des parties prenantes aux. Contrats. Pour lui cela va d’un renforcement de capacités, une lecture technique, averti et informée des contrats, la nécessité de verser dans le débat public l’essence ou le contenu de ses contrats.

Previous COMMÉMORATION DU 18eme ANNIVERSAIRE DE LA RÉSOLUTION 1325 DU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L'ONU: Le CCDG, le Département de la CEDEAO en charge des Affaires Politiques, Paix et Sécurité (PAPS) et le Réseau Paix et Sécurité des Femmes de l’Espace CEDEAO (REPSFECO) joignent leurs efforts
Next Le chef de mission du fonds monétaire international Michel Lazare annonce la conclusion d’un accord de principe avec le Sénégal au titre de la 7ème revue de l’instrument de soutien à la politique économique