Post-Cotonou s’impose pour le dialogue des relations entre ACP et l’UE


En collaboration avec le groupe Francophone de Cotonou- Sénégal, un atelier de formulation des OSC/ONG dans le nouvel accord s’est ouvert ce mercredi 18 septembre 2019 sous l’implication de plusieurs acteurs. Cet atelier a pour but de mettre à niveau les acteurs de la société civile sénégalaise travaillant sur l’accord de Cotonou qui arrive à terme en 2020 et de synthétiser leurs propositions à soumettre à l’appréciation de l’état du Sénégal dans le cadre du prochain accord en cours de négociation.
Les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique et l’UE ont tenu ce matin un atelier de formulation des priorités des organisations de la société civile et des ONG dans le nouvel accord. Ce séminaire qui s’inscrit dans l’accord post- Cotonou et l’avenir des relations entre l’UE et les pays ACP près 2020 vise à réduire et à terme, éradiquer la pauvreté et contribuer à l’intégration progressive des pays ACP dans l’économie mondiale. Il repose ainsi sur trois piliers tels que la coopération au développement, la coopération économique et commerciale et la dimension politique.


C’est au nom de la société civile qu’Alioune TINE s’est prononcé là-dessus en soutenant qu’il s’agit d’une question extratégique concernant les relations de partenariats commerciales de toute nature avec l’union européenne. Pour lui cela va du contexte de vulnérabilité globale qui appelle de la part des africains et des européens à un partenariat équitable, gagnant gagnant en pensant aux exigences et à la position de domination de l’union européenne mais aussi de penser à ce qui se passe à l’intérieur. C’est dans cette lancée que le représentant de la société interpelle les acteurs sur la pauvreté notée au Sahel, de la question de l’immigration irrégulière, des problèmes de démocratie. « Nous appelons de plus en plus l’autorité, l’Afrique à sauver un champion pour défendre de façon saine les intérêts des africains, le commerce africain. »
Pour Mme Aminata TOURE cet atelier entre dans le cadre du dialogue inter acteur en plus de son importance de présenter des programmes de coopération multilatérale avec les pays d’ACP et de l’UE. Dans son discours, la présidente du conseil social économique et environnemental n’a pas laissé en rade quelques é éléments de réflexion notamment de tenir compte d’éléments nouveaux », tenir compte dans les accords de longs objectifs respectifs de développement économique et la question de la migration et de la libre circulation des capitaux et des personnes.
Le coordonnateur du forum social civil Mamadou Elias DIOP dans son entretien parle de cette rencontre « cette rencontre a été un atelier national qui rentre dans le cadre de ce qu’on appelle le Post Cotonou. Cotonou a été un accord de coopération qui réunit 79 états avec l’union européenne depuis 2000. »D’après lui, c’est un accord qui doit expirer le 31 décembre 2019 avant d’annoncer le nouveau accord à partir du 31 janvier 2020.Il s’y ajoute selon lui de l’implication dans les diplomaties non gouvernementales afin d’élaborer les avis et points de vue pour les constituer en document de la société civile et de le remettre au négociateur en chef qui est le ministre des affaires étrangères du TOGO en passant d’avis avec le Sénégal. Les aspects pris en compte sont pour ce dernier les défis de l’emploi, de la migration, de commerce et d’échange égalitaire entre le marché européen et le marché africain .