Pour un plus grand respect des édifices publics! « Moussa Ndour BEM/IEF Nioro du Rip SG départemental SADEF »


 

L’architecture de nos préfectures et sous préfectures est complétement dépassé. Malgré leur résistance, pour certaines, sous l’éclat à peine lumieux de peintures, le décor reste aviilissant en pleine zone rurale où de jolies batisses s’imposent.

Si le salaire doit nous permettre d’avoir un certain niveau de vie comme le constate Gustave PEISSER , il n’en demeure pas moins que le fonctionnaire administrateur civil ou secrétaire d’administration ne saurait s’épanouir dans des bâtiments en ruine qui tombent en désuétude.

Ceux qui assurent le contrôle de légalité étant délégataires de pouvoir en relation avec la norme administrative qui oblige parfois, permet fréquemment et interdit occasionnellement doivent bien mener leurs actions dans la sécurité et la descence des locaux à eux dédiés le temps le séjour.

À Nioro par exemple le troisième préfet Abass Diouf en poste en 1962 ne se perdrait pas dans son logement de fonction niché au fond d’une forêt classée aux cailcédrats imposants à quelques encâblures des ravins.

À Kaolack le chantier du palais du gouverneur s’éternise et risque de traverser deux mandats présidentiels sans être achevé et réceptionné.

La nécessité de repenser le cadre de vie des ces autorités étatiques est d’une urgence déterminante face aux progrés fulgurant de la modernité et du renversement de la tendance avec les administrés.

Lors des récents événements insurrectionnels les populations autochtones ont été absourdies, médusées et fort dépassées par la mise à sac de ces symboles de l’ Etat par une destruction programmée et perlée dans le plus grand sabotage de l’enrôlement à l’identification nationale.

La préfecture de Nioro du Rip en a payé le plus lourd tribu. Les stigmates de ce vandalisme inqualifiable offre les plus grands regrets face aux dommages causée à une jeunesse privée du premier sésame permettant toute identification au baccalauréat surtout en ce qui concerne les candidats.
Moussa Ndour BEM/IEF Nioro du Rip
SG départemental SADEF

Previous Anpels attristée par l’accident mortel de l’équipe de leral et présente ses condoléances
Next PARTENARIAT ANA / DRIARS : 700 millions fcfa pour le développement de l’aquaculture au Sénégal