Problème de l’eau à Touba Serigne Mbaye Thiam explique la source du problème


Pour une fois , Serigne Mbaye en charge de l’Eau et de l’assainissement a répondu aux députés sur la question de l’eau à Touba. Il a expliqué de manière détaillée les origines du problème, tout en dégageant des pistes e solution ainsi que les efforts faits par l’Etat dans le but de résoudre une bonne fois ce casse-tête que connaît Touba.
Interpellé par les députés dont ceux de Touba sur le problème de l’eau dans cette ville religieuse, le ministre de l’Eau et de l’Assainissement, Serigne Mbaye Thiam a apporté des explications sur ce sujet. Pour lui, il a évoqué la question avec les autorités religieuses de la ville, dont le Khalife. « Une ville où à l’intervalle d’une semaine deux jours, ou trois la population est multipliée par 100 ou 1000, dire que les gens auront le même confort en ce qui concerne l’alimentation en eau quand temps normal, ce n’est pas possible », a expliqué le ministre. Il souligne que la raison pour laquelle, chaque année les autorités étatiques renforcent la disponibilité de l’eau par des forages, par la restructuration du réseau, qui pose souvent problème. Face aux députés, mercredi lors de son passage a l’Assemblée nationale pour le vote de son budget pour l’exercice 2022, il a soutenu que ce n’est pas une gestion professionnelle. « Par exemple, le réseau de la Sen Eau et sur la voie publique accessible et est occupé de façon à ce qu’il n’est pas possible d’y faire des interventions en cas de problème parce qu’on a construit sur le réseau. Il faut une solution structurelle pour Touba qui permet d’avoir un modèle économique et financier viable », a déclaré l’ancien ministre de l’Éducation nationale et responsable socialiste. Pour lui c’est une question à étudier en toute responsabilité. Il a également évoqué le problème de eau qui s’échappe autour de la mosquée, notamment au marché Ocass. Il a rappelé que le 19 mai dernier, une équipe envoyée par le ministère composée de la Sen Eau, de l’OFOR, de la direction de gestion, de prévention et de planification des risques en eau et l’ONAS, a permis de constater des fuites sous les routes goudronnées. Selon lui, le constat est que la zone fut une vallée argileuse qui a été ensevelie. La vallée s’est reconstituée avec les pluies au point de former une nappe souterraine entre 0,5 mètres à 5 mètres sur une superficie de 30 hectares. « Nous avons saisi le ministère de l’Intérieur pour que la protection civile s’y déploie. Il se peut que de maisons menacées d’effondrement soient délogées. C’est un vaste chantier. Le programme d’urgence est même prévu », a annoncé le ministre

Previous Élections Présidentielles Libyennes de 2021: Le CSIK vote le Docteur Seif Al Islam Kadhafi
Next Couverture téléphonique et réseaux mobiles sur l'étendue du territoire L'ARTP décèle une mauvaise qualité de la couverture réseau