« Problèmes de mévente et de prix pour les producteurs de mangues des Niayes au Sénégal : Appels à l’intervention de l’État »


Par infosdujour.sn

Des producteurs de mangues des Niayes (ouest) sont confrontés à la mévente et à la rareté de l’eau dans cette importante zone de production horticole.

Modou Thiam, trésorier général d’une coopérative de producteurs de mangues de la zone des Niayes, déplore le niveau des prix de la mangue.

‘’Nous avons aussi un sérieux problème […] Les prix fixés par l’État ne sont pas respectés. Si l’État fixe le prix du kilo à 300 francs CFA, la clientèle, elle, nous oblige à vendre à 200 ou même 150. Nous n’avons pas le choix. Nous sommes obligés d’écouler la production pour éviter qu’elle pourrisse’’, a dit M. Thiam.

Il pense qu’une bonne organisation des producteurs peut les aider à remédier à cette difficulté. ‘’Nous avons besoin d’une coopérative forte pour éviter cette situation. Les coopératives doivent être les intermédiaires entre les clients et les producteurs. C’est la seule solution à la chute des prix’’, propose Modou Thiam.

‘’Une mévente [des récoltes de mangues] peut avoir des répercussions néfastes sur les conditions de vie des ménages’’ vivant dans les principales zones de production de ce fruit, signale l’Initiative prospective agricole et rurale (IPAR), un espace de réflexion dédié aux politiques agricoles et rurales au Sénégal et en Afrique de l’Ouest.

L’État doit doter les producteurs de mangues d’un ‘’fonds de commercialisation’’ pour les aider à écouler leurs récoltes de ce fruit rapidement périssable, propose l’IPAR dans un document intitulé : ‘’Le Covid-19 et la chaîne de valeur mangue au Sénégal : effets, stratégies d’adaptation et recommandations’’.
sources aps

Précédent "Débat autour du projet de loi d'amnistie générale : Les députés convoqués pour examen à l'Assemblée nationale du Sénégal"
Suivant Direct AIWAR 14 édition Diarra cheikh Omar foutiyou Tall