PROJET 50 MILLIONS DE FEMMES ONT LA PAROLE: Le comité de pilotage a démarré ses travaux


Saly a abrité ce lundi 3 décembre 2018 la cérémonie d’ouverture de la première réunion du comité de pilotage du projet « 50 Million Women Speak Platform » ou « 50 Millions de Femmes ont la Parole ». Cette rencontre a pour objectif d’installer officiellement les membres du Comité de Pilotage(CP) et mettre en place un bureau, présenter le projet aux membres du CP dans ses différentes Composantes et dans sa structuration opérationnelle, faire un bilan d’étape de l’exécution du projet et les perspectives 2019, présenter aux membres leurs rôles et responsabilités par rapport à la Gouvernance du Projet, et enfin recueillir les orientations et recommandations du CP. L’objectif principal du projet est d’œuvrer pour l’autonomisation de la femme africaine en lui offrant une plateforme dynamique d’échange et des opportunités d’affaires.

L’Afrique, en tant que continent, est globalement bien positionnée en matière d’entreprenariat. Dans plusieurs pays africains, on observe une quasi-parité hommes femmes dans le domaine. Néanmoins les femmes entrepreneures demeurent confrontées à certains obstacles liés au genre. Au nombre de ces obstacles, on peut citer la faiblesse d’instruction et de formation entrepreneuriale, la faiblesse des droits de propriété qui les empêche de disposer de garanties et d’actifs tangibles, des barrières juridiques qui compromettent leurs activités économiques, et des barrières culturelles qui entravent leur avancée dans les affaires. En somme, il est difficile aux femmes, du fait de ces contraintes, d’accéder aux services financiers et non financiers. Ce qui affecte énormément la taille et la prospérité des entreprises initiées par les femmes en Afrique subsaharienne. Les études en Afrique ont également démontré que les technologies de l’information et de la communication (TIC) pourraient éventuellement contribuer à atténuer certaines de ces difficultés liées à l’entreprenariat féminin sur le continent. C’est au regard de ces différents constats que la Banque Africaine de Développement (BAD), en partenariat avec le Marché Commun de l’Afrique Orientale et Australe (COMESA), la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et la Communauté d’Afrique de l’Est (EAC), a un projet de création d’une plateforme technologique. Elle vise à atteindre 50 millions de femmes africaines dans le but d’améliorer leur capacité d’accès à l’information et au financement d’une part, et de les mettre en réseau avec des institutions ou partenaires qui pourraient les soutenir leurs entreprises d’autre part. Ce projet mis en œuvre sur une période de trois ans dans les pays des trois communautés sous régionales(COMESA – CEDEAO – EAC), est en phase avec les dispositions relatives à l’autonomisation des femmes et des jeunes telles qu’énoncées dans l’Agenda 2063 de l’Union Africaine et avec les objectifs de développement durables (ODD). Dans le cadre de la mise en œuvre de ce projet, le COMESA, la CEDEAO et l’EAC ont installé des unités d’exécution du projet (PIU) qui en assure l’exécution technique et financière. L’accord de convention du projet a également prévu la mise en place d’un comité de pilotage composé de représentant des REC, de la BAD et de l’Union Africaine, et dont les rôles et responsabilités ont été définis. Le Comité de Pilotage du projet est l’entité de supervision des PIU. Ce Comité devra se réunir au moins une fois dans l’année pour donner les orientations stratégiques nécessaires, évaluer les performances des entités d’exécution et fixer les objectifs du projet. C’est dans ce cadre que s’inscrit cette première réunion du Comité de pilotage ouverte ce matin à Saly Mbour en République du Sénégal. « Y a exactement 2 ans, c’est-à-dire le 02 Décembre 2016, la BAD, le COMESA, la CEDEAO et l’EAC signaient un protocole d’Accord d’un montant de 9,8 millions de Dollars US pour le financement du Projet « 50 Million Women Speak Platform », dans les 3 communautés sous régionales. Deux ans, jour pour jour après la signature de cette convention, nous voici réunis encore pour une phase importante de la vie de cette initiative : la mise en place du Comité de Pilotage du projet « 50 Million Women Speak Platform » a d’emblée souligné la directrice de Centre de la Cedeao pour le Développement du Genre (CCDG) Madame Sandra Oulat FATTOH. Après quelques mois de difficultés inhérentes à tout nouveau projet d’après Mme Sandra, ils ont pu avancer dans la mise en œuvre de cette initiative. « Au niveau de la CEDEAO plus particulièrement, nous avons pu procéder à l’installation des membres de l’équipe de projet, obtenir de la BAD, les premiers décaissements de fonds, et enfin, procéder au lancement et à l’installation des équipes pays dans 9 de nos différents Etats membres » ajoute-t-elle. La directrice du CCDG d’ajouter : « nous exprimons toute notre gratitude au principal bailleur du projet « 50 Million Women Speak Platform » qu’est la Banque Africaine de Développement pour avoir compris que la question de l’équité du genre et de la promotion de l’autonomisation de la femme et de la jeune fille par l’utilisation des Technologies de l’Information et de la Communication, est une question de droit humain indispensable au développement de nos Etats Quant à l’honorable député Madame Fatima Siga Jagne, commissaire aux affaires sociales et genre de la commission de la Cedeao, elle a salué l’esprit de solidarité et la confiance portée à leur communauté pour l’organisation de cette Première Réunion du Comité de Pilotage de ce projet. « Nous sommes très heureux d’accueillir cette première réunion du comité de pilotage du Projet « 50 Millions de Femmes ont la Parole ». C’est pour moi l’occasion de remercier nos homologues de COMESA,de EAC et nos partenaires de la BAD, d’avoir fait ce déplacement » dixit-elle. Cette rencontre « nous permettra surtout de nous mettre au même niveau d’informations quant à ce qui concerne son contenu, mais aussi et surtout l’état des lieux de la sa mise en œuvre dans nos communautés respectives…Notre objectif commun à tous ici présents est d’œuvrer pour l’autonomisation de la femme africaine en lui offrant une plateforme dynamique d’échange et des opportunités d’affaires» déclare-t-elle. L’équipe pilote a également solennellement remercier la BAD, le principal bailleur du projet représentée par Mr Saliou JACK. Ce dernier affirme dans son allocution que la Banque Africaine de Développement apprécie beaucoup cette collaboration. Il ajoute que ce projet cible les femmes entrepreneurs afin qu’elles puissent avoir accès aux services financiers et non financiers dans le cadre de leur autonomisation. Aux termes des deux jours de réunion, les membres du Comité de pilotage seront mis à niveau sur le contenu du projet et sur leurs rôles et responsabilités, informés de l’état d’avancement du projet. Ils donneront les orientations stratégiques nécessaires et fixeront les objectifs à atteindre par les entités d’exécution, une liste de tâches et de recommandations à suivre. Enfin ils définiront les modalités et dates de leur prochaine rencontre.

Précédent Séminaire de formation sur la réadaptation cardio-vasculaire et l’éducation thérapeutique du patient La prise en charge, une solution pour améliorer l’état de santé des patients
Suivant LA PRESSE SÉNÉGALAISE EN DEUIL