PROMOTION DES JEUNES Un accord signé entre l’Ue et Cjs pour sa concrétisation


 

Un accord est signé entre l’Union européenne au
Sénégal et le Consortium jeunesse du Sénégal (Cjs).
Un accord qui a pour but d’élaborer des réflexions
sur la promotion des jeunes.

L’ambassadrice de l’Union européenne au Sénégal,
Irène Mingasson, et le Consortium jeunesse du Sénégal
(Cjs) ont signé, jeudi, un protocole de partenariat pour
établir un cadre stratégique de dialogue visant à
élaborer des réflexions sur la promotion des jeunes.
«Les objectifs du Consortium jeunesse Sénégal
d’informer, d’engager, d’outiller à l’emploi et à
l’entrepreneuriat un million de jeunes sénégalais d’ici
2025, permettra de soutenir leurs efforts et de faciliter
leurs succès», a déclaré la diplomate européenne.
Mingasson participait à la cérémonie de signature du
protocole d’accord entre son institution et le Consortium
jeunesse Sénégal, en présence du président du Conseil
national du patronat du Sénégal (Cnp), Baïdy Agne.
«Notre stratégie peut se résumer en trois mots simples,
mobiliser, connecter et autonomiser la jeunesse, car la
création au Sénégal d’opportunités économiques
inclusives et d’emplois stables pour les jeunes leaders
de demain reste un gage supplémentaire de la stabilité
et de la sécurité», a-t-elle indiqué. Elle a fait valoir que
l’Union européenne, en ce qui la concerne, a pris
l’engagement de soutenir cette démarche volontariste,

ambitieuse, novatrice, porteuse d’un développement
inclusif et durable et porté par un engagement citoyen.
Pour sa part, le président dudit consortium, Sobel Aziz
Ngom renseigne que le Sénégal doit puiser ses
potentiels dans celui de son peuple, en particulier, celui
de ses femmes et de ses jeunes, et cela passe par une
éducation de qualité offerte à tous, sur un pied égalité et
la promotion des opportunités d’apprentissage tout au
long de la vie. Pour lui, «il est impératif que les jeunes
ne soient plus considérés comme des personnes
vulnérables, mais surtout des gens dont le potentiel doit
être développé et exploité. Il est par conséquent
nécessaire que les jeunes soient impliqués et
autonomisés, car cela permettra de réduire les
inégalités», a-t-il noté.
La ministre de la Jeunesse Néné Fatoumata Tall, quant
à elle souligne que l’Ue, partenaire traditionnel du
Sénégal, vient de démontrer, une fois de plus, son
engagement et sa détermination à toujours
accompagner les jeunes dans leurs projets de
développement. «Ce protocole d’accord reste la parfaite
illustration de la volonté de l’Ue de donner à la frange
majoritaire de la population sénégalaise la place qui lui
revient dans ses interventions», a-elle-ajouté. C’est ainsi
qu’elle a tenu a rappelé que cette convention suscite
beaucoup d’espoir quant à sa capacité à insuffler
davantage l’esprit de développement collectif dans le
secteur jeunesse du Sénégal.

Momar Talla NDIAYE

Previous KAFFRINE 20 migrants de retour formés par la Chambre de commerce et la Giz
Next MEDIATION NET TELECOMS