Protection de l’enfance :(Plan Sénégal international) en fait une priorité


L’amélioration de la protection de l’enfance, une priorité pour le plan international Sénégal
Le projet de mobilisation et d’engagement des communautés pour la protection de l’enfant a été officiellement lancé ce mercredi 03 avril au cours d’une cérémonie tenue sous forme d’atelier à la résidence mamoune.
L’atelier de lancement du projet « Mobilisation et engagement des communautés pour la protection de l’enfant au Sénégal » a été lancé en partenariat avec le plan international et le ministère de la protection. Dans leur présentation du projet, le plan international Sénégal se définit comme une organisation qui œuvre pour un monde juste qui fait progresser les droits des enfants et l’égalité pour les filles et qui est présente au Sénégal depuis 1982.Selon les acteurs, le centre d’intérêt demeure la réalisation des droits de tous les enfants sans exclusion tels que le droit à l’éducation, le droit à la santé, le droit à la protection, le droit économique et social et le droit au developpement.Selon la modératrice, c’est depuis 2013 que l’état du Sénégal a approuvé la stratégie nationale de protection de l’enfant qui prend en charge l’ensemble des recommandations tant internationales que régionales en matière de protection de l’enfance d’où l’implication du plan international Sénégal en partenariat avec plan international Irlande, l’union Européenne, l’institut panos et Samu Social Sénégal.
Selon le représentant du ministre de la bonne gouvernance et de la protection de l’enfance, ce projet s’insère harmonieusement dans la politique nationale de la protection de l’enfance. Il a tenu à rappeler deux dimensions fondamentales que sont : la promotion d’un système national intégré de protection de l’enfance et la promotion d’un changement social positif. A ce titre il renseigne qu’au-delà du système de la bonne gouvernance, il est plus important de faire en sorte que les acteurs communautaires puissent jouer leur rôle d’alerte de veille ,de signalement et de prise en charge des tares qui se posent à leur niveau. Pour ce dernier cela justifie la conception de ce projet qui répond à une démarche inclusive. Par la même occasion, il a remercié les partenaires pour leur engagement des actions allant dans le sens de la protection de l’enfance. Dans son interview, Abdoulaye Dieng en tant que conseiller technique du ministre de la bonne gouvernance soutient que toutes les parties prenantes sont bénéficiaires de ce projet en citant les enfants particulièrement les communautés, les familles et les collectivités locales en plus d’ajouter les acteurs sectoriels travaillant dans ses communautés et les services de l’etat.Par rapport au phénomène d’enlèvement des enfants, il pense que la réponse n’est pas centré dans ce projet.
Dieynaba AGNE

Précédent L'archiviste et le documentaliste pour une reconnaissance des métiers de l'information documentaire au Sénégal
Suivant Culture:Claire Denis va presider le grand jury des courts Métrages et le cinéfondation du 72é festival de cannes.