Religion: Pèlerinage Nimzatt 2019 le conseil supérieur de la khadrya alerte l’autorité


Le conseil supérieur de la Khadrya pour l’Afrique a tenu une conférence de presse ce mercredi 29 mai 2019 à la salle polyvalente du centre de Bopp à Dakar. Ceci en prélude au pèlerinage de Nimzatt de 2019.
C’est dans un souci d’alerte et de prévention des risques de toutes natures que le conseil supérieur Khadrya pour l’Afrique a décidé de tenir une conférence de presse pour partager avec les hautes autorités de ce pays, l’opinion nationale et internationale pour ce qui est des mauvaises conditions de séjour sur les deux rives du fleuve Sénégal et les difficultés que rencontrent les disciples khadres à l’occasion du pèlerinage annuel de Nimzatt en Mauritanie. Pour le coordonnateur Cheikh Ousmane DIOP, cette 71ème édition du pèlerinage annuel de Nimzatt appelle des changements sur le plan institutionnel, logistique, sanitaire et communicationnel pour relever les défis de la bonne organisation. « Il faut noter que le temps d’attente à Rosso-Sénégal (parfois 48 heures) fortement tributaire des rotations du Bac agit sur le mental des sénégalais qui arrivent en territoire mauritanien, épuisés et les nerfs tendus. »dit-il.
Au nom du conseil supérieur Khadrya pour l’Afrique, il s’est félicité du partenariat avec la direction de la nouvelle prévention routière et le REVAAS qui a duré depuis presque 5 ans. Un partenariat qui selon lui se manifeste par une assistance des équipes de l’ami et frère qui est le directeur général Matar FAYE qu’il a tenu à remercier à travers son discours.S’agissant de la question de l’assurance, le coordonnateur Cheikh Ousmane DIOP renseigne de la surprise qu’ont eu les pèlerins l’année dernière concernant l’augmentation brutale et énorme sur le barème mauritanien(15.000 pour les petits véhicules de 7 à 10 CV,20.000 pour les 11 à 14 CV,23.000 pour les 15 à 23 CV. Pour les véhicules de 43 places, entre 35.000 et 45.000 FCFA. Pour les véhicules de 60 places, entre 43.000 et 53.000 FCFA et pour les véhicules de 70 places, entre 48.000 et 55.000 FCFA et le tout pour une durée de séjour comprise entre 03 et 05 jours au maximum. Face à cette situation, le conseil supérieur Khadrya pour l’Afrique(CSKA) plaide pour une exonération de l’assurance, eu égard à la nature du déplacement des Sénégalais. Selon le coordonnateur, les dispositions prises pour la traversée du bac pourraient s’appliquer à l’assurance et que la convention entre les deux états pourrait prendre en charge la question de l’assurance et définir les modalités pratiques d’éligibilité des véhicules en déplacement à Nimzatt.
Sur le plan de la question sanitaire, Cheikh Ousmane DIOP évoque que le défaut de prise en charge complète et totale des pèlerins par l’état du Sénégal inquiète au plus haut niveau les talibés khadres.A ce titre il affirme à infosdujour.sn que : « le conseil supérieur Khadrya pour l’Afrique préconise la signature d’une convention sanitaire entre le Sénégal et la Mauritanie pour aider à la prise en charge médicale des pèlerins sénégalais durant le pèlerinage. Il ajoute de l’inexistence d’un cadre de concertation efficace en soulignant que la légitimité historique du conseil supérieur khadrya pour l’Afrique peut aider à une réorganisation du pèlerinage par une meilleure prise en charge du séjour des pèlerins à Nimzatt. C’est ainsi que dans ses propos, il cite les propositions de ce conseil notamment :une réunion entre les administrations territoriales mauritanienne et sénégalaise à Rosso Mauritanie présidée par le Wali du Trarza et le gouverneur de St-Louis pour définir les termes de référence organisationnels du pèlerinage de Nimzatt, une réunion au plus haut niveau entre les autorités ministérielles des deux pays sur les dispositions pratiques à mettre en œuvre pour un bon déroulement du pèlerinage, une réunion de partage des décisions prises par le gouvernement sénégalais avec toutes les associations khadres à l’occasion d’un conseil interministériel à Dakar et une mise en place d’une mission d’encadrement du pèlerinage de Nimzatt pour une meilleure implication de l’état
Dieynaba AGNE