RENFORCEMENT DE CAPACITÉ AUX JOURNALISTES AU PROGRAMME D’APPUI DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL. PADESS


 

Quels leviers faut-il activer pour sortir les populations de l’engrenage de la pauvreté ? Une question, parmi d’autres, soulevée lors de l’atelier de partage organisé par le Programme d’appui au développement économique et social du Sénégal (Padess). Une occasion saisie par les acteurs pour faire le plaidoyer sur les bourses économiques.

Si le Sénégal s’est inscrit dans une tradition d’interventions sociales, il est toujours important de changer d’approches pour mieux assurer la prise en charge des populations à besoin spécifique. Une remarque faite, hier, par des acteurs qui ont assisté à la présentation d’études diagnostics et de ciblage pour l’identification des groupes vulnérables et des familles pauvres, potentiels bénéficiaires de filets sociaux dans la région de Dakar, réalisée par le Padess, un programme du ministère de la Femme, de la Famille et du Genre, financé par le gouvernement italien.

L’idée, selon la coordonnatrice du programme, Aissatou  Diop, c’est de disposer, à travers cette étude, de repères méthodologiques et d’un cadre analytique qui serviront de référentiels à la mise en œuvre de programmes de transferts sociaux (monétaires, quasi monétaires ou d’actifs économiques) au profit des groupes vulnérables et des familles pauvres des régions d’intervention.

D’après Madame Aissatou Ayoba Diop, le PADESS a pour objectif majeur de contribuer à la réduction de la pauvreté en apportant son soutien dans  l’opérationnalisation des politiques et stratégies nationales de lutte contre l’indigence. Pour ce faire, le Programme mise sur l’autonomisation socio-économique des groupes les plus défavorisés (femmes, jeunes et familles) et le développement économique local durable avec l’appui aux petites et moyennes entreprises (PME) dans les régions de Sédhiou, Kaolack et Dakar.

Venu présider la cérémonie de clôture, le gouverneur de Dakar a pour sa part appelé les journalistes à avoir des connaissances générales sur la protection sociale compte tenu de l’intérêt du PADESS et son engagement dans la lutte contre la pauvreté. D’ailleurs, M. Modou Ndiaye a invité le PADESS, la presse et la gouvernance de Dakar à nouer un partenariat gagnant-gagnant pour le soutien à l’autonomisation des groupes les plus défavorisés par le biais d’appui aux petites et moyennes entreprises dans les régions de Sédhiou, Kaolack et Dakar.

Précédent Atelier de partage sur le fichier électoral Bernard Casimir Demba Cissé revient sur les modalités
Suivant HABIB LO, LE COORDONNATEUR DE LA COALITION MADICKE-SICAP-LIBERTE «Madické est le candidat idéal pour ces élections de 2019»