REPSFECO : L’IMPLICATION DES FEMMES ET DES JEUNES DANS LA SÉCURITÉ EN AFRIQUE



Un plans stratégiques des réseaux nationaux et de leurs plans de mobilisation de ressources. Ce qui justifie les termes de référence de l’atelier transnational de production, de partage et de validation du statut et du plan stratégique du réseau paix et sécurité pour les femmes de l’espace CEDEAO(REPSFECO) qui s’est déroulé ce matin sous la présidence de M.Mouhamed Ibn Chambas, représentant spécial du secrétaire général des nations unies en Afrique de l’Ouest et au sahel. Le but de cet atelier est de procéder au renforcement institutionnel du REPSFECO à travers la revue de son statut et la conceptualisation de son plan stratégique triennal pour une meilleure implication dans les processus de prévention des conflits et de consolidation de la paix conformément à son mandat.
Selon Cire LO, le directeur du cabinet de la femme, de la famille, du genre et de la protection de l’enfance a apporté des éclaircissements sur le soutien de l’état aux femmes régionales « Mme la ministre dans le message qu’elle m’a demandé de porter a tenu à s’engager au nom du gouvernement du Sénégal à soutenir le REPSFECO pour que les femmes jouent pleinement leur rôle. »Pour celui-ci les régions sont marquées par des déficits sécuritaires énormes et complexes qui appellent la mobilisation de l’ensemble des forces vives avant d’en souligner que les femmes constituent la majorité démographique et des forces de richesses matérielles et immatérielles, a-t-il laissé entendre à infosdujour.sn.
Pour Mme diago NDIAYE, présidente régionale du réseau paix et sécurité pour les femmes du l’espace régional(RESPFECO) cela découle de leur assemblée tenu à Abidjan dont les souhaits étaient de redynamiser les cellules, de rétablir la confiance et cohésion entre les membres et les partenaires « le dernier point était de sortir un atelier de planification. C’est important parce que c’est un atelier qui nous sert de tableau de bord, on va sortir un plan d’action triennal qui va nous servir de texte parce que nous avons de nouveaux enjeux liées à notre région parce qu’il y’a des enjeux liés au terrorisme, des enjeux liés à l’extrémisme, des enjeux liés à la migration et des enjeux liés à la protection des enfants. »Pour accomplir cela elle parle des instruments qui sont à leur disposition tels la résolution du conseil de sécurité avec les piliers concernant la prévention, la protection et la participation.
Dieynaba AGNE

Précédent Maimouna Diagne: coordonnatrice de la plateforme D'accompagnement pour la réintégration des immigrés (PARIS)
Suivant Passation de service entre Omar Gueye, ministre entrant et Yaya Abdoul Kane,ministre sortant