Santé mère et enfant « Le Sénégal en Route Vers une Révolution de la Santé Maternelle : Réduction Spectaculaire de la Mortalité »


 

dakar 9 octobre 2023 rédiger par Pape Ndiogou Faye

Au cours des deux dernières décennies, le Sénégal a enregistré des avancées remarquables dans le domaine de la santé maternelle. Sous la direction du Dr. Amadou Doukouré, Directeur de la Santé de la mère et de l’enfant au ministère de la Santé et de l’Action sociale, le pays a réussi à réduire considérablement la mortalité maternelle. Actuellement, le Sénégal se classe deuxième en Afrique de l’Ouest, juste derrière le Cap-Vert, avec un ratio de mortalité maternelle de 236 pour 100 000 naissances vivantes, ce qui représente une impressionnante réduction de 60 % de la mortalité maternelle.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : la mortalité néonatale est désormais de 21 pour 1000 naissances vivantes, et la mortalité infanto-juvénile s’élève à 37 pour 1000 naissances vivantes. Ces résultats sont dignes de louanges, mais les autorités sénégalaises restent déterminées à aller encore plus loin. Leur objectif ambitieux est de faire passer la mortalité maternelle en dessous de 70 pour 100 000 naissances vivantes d’ici 2030, de réduire la mortalité néonatale à 12 pour 100 000 naissances vivantes, et de faire chuter la mortalité infanto-juvénile à 20 pour 100 000 naissances vivantes.

Le défi qui se présente maintenant est de s’attaquer à la mortalité maternelle néonatale, un enjeu crucial pour atteindre ces objectifs. Le Dr. Doukouré souligne que l’une des stratégies clés est la surveillance des décès maternels et néonatals, ainsi que la mise en place de réponses rapides pour identifier les causes sous-jacentes de ces décès. Les séances d’audit de décès maternels jouent un rôle essentiel en permettant la formulation et la mise en œuvre de recommandations pour éviter de futurs décès maternels.

En partenariat avec le Réseau africain d’épidémiologie de terrain (AFENET), le Sénégal a formé 25 coordonnatrices en santé de la reproduction, des maîtresses sages-femmes des établissements publics de santé de la reproduction, ainsi que des majors des services de pédiatrie dans les hôpitaux. Ce programme, reconnu à l’échelle mondiale, permet d’enquêter sur tous les événements de santé publique, y compris les décès maternels et néonatals.

Le Dr. Doukouré insiste également sur l’importance de l’accueil dans les structures de santé. Il considère que c’est un élément fondamental pour résoudre les problèmes que rencontrent les usagers. Le ministère de la Santé s’est engagé dans cette voie en créant une direction chargée de la qualité des soins et en élaborant un guide visant à améliorer l’accueil dans les services sanitaires. Tous les prestataires de santé seront formés pour garantir un accueil de qualité, un aspect extrêmement important de la prestation des soins.

En somme, le Sénégal fait des pas de géant dans l’amélioration de la santé maternelle et néonatale. Les efforts conjoints du gouvernement, du Dr. Doukouré et de ses collègues, ainsi que des partenaires internationaux, sont en train de transformer la réalité de la santé des mères et des nouveau-nés. Les progrès réalisés jusqu’à présent sont impressionnants, et l’engagement envers un avenir encore meilleur est palpable. Les objectifs ambitieux fixés pour 2030 semblent à portée de main, et le Sénégal se profile comme un exemple de réussite en matière de santé maternelle en Afrique de l’Ouest.

Précédent Présidentielles de 2024 - Aly Ngouille Ndiaye: « Ma candidature est au dessus des clivages et partis politiques. »
Suivant Bill Gates au Sénégal :: "Dakar, Hôte de la Réunion Annuelle Grand Challenges 2023 Co-Présidée par Macky Sall et Bill Gates : Un Engagement envers l'Innovation et la Santé Mondiale"