Séminaire de formation sur la réadaptation cardio-vasculaire et l’éducation thérapeutique du patient La prise en charge, une solution pour améliorer l’état de santé des patients


La pratique de la réadaptation cardio-vasculaire et de l’éducation thérapeutique a fait l’objet d’un séminaire avec les participants ce lundi 03 allant jusqu’au 06 décembre 2018 à l’hôpital principal de Dakar. Le but étant de permettre aux bénéficiaires d’acquérir les bases théoriques et pratiques nécessaires pour démarrer l’activité sous la direction d’un cardiologue ré adaptateur.

Les maladies cardio-vasculaires risquent de devenir dans un futur proche la première cause de m orbi-mortalité.  Mème si les ressources humaines existent avec plus de 80 cardiologues, le plateau technique pour la prise en charge des pathologies cardio-vasculaires reste insuffisant. C’est  ce qui explique la tenue de ce séminaire ou le Dr Macouri Diaw en est revenu largement «le séminaire qui vient à son heure c’est pour parler de la réadaptation cardiaque. La réadaptation cardiaque peut être en terme moins compliqué, c’est l’entrainement physique ou le ré entrainement des patients qui ont fait des cardiopathies que ce soit de l’infarctus ou de l’insuffisance cardiaque et qui n’arrive pas à faire beaucoup d’effort. »En d’autre terme c’est voir comment faire avec ses patient pour que ré entrainement puissent bénéficier de cette méthode thérapeutique. Et sur ce point, il rassure : «  cette méthode thérapeutique va améliorer leur vie, c’est assez important pour prendre en charge correctement ses patient. »

Sur le principe de manque de moyen au niveau des salles de réadaptation, il affirme « en fait l’initiative que l’hôpital principal a eu ce matin c’est de nous réunir nous les cardiologues pour qu’on puisse discuter. Ils vont mettre en œuvre sous peu, sous quelques jours cette unité de réadaptation cardio- vasculaire qui permet donc de prendre en charge les patients. »Et en rapport avec cette prise en charge, il confirme «  cette prise en charge des patients par ses unités vont permettre leur amélioration. Bien sûr c’est une première parce que y’a pas de centre de réadaptation effective actuellement au Sénégal et que eux qu’ils mettent en place cette salle de réadaptation, ça permet de travailler de concert. » A ce propos, il renseigne « c’est une salle, les moyens vont suivre petit à petit mais il fait mettre en œuvre, il ne faut pas se dire j’attends d’avoir tout pour commencer sinon on ne commencera jamais. Il faut commencer petit à petit pour pouvoir multiplier les salles, de voir quelles sont les difficultés qu’ils rencontrent, comment faire pour les solutionner et améliorer surtout l’équipement mais également la prise en charge des malades. »

Et pour ce qui des traitements par des activités physiques, le docteur renseigne qu’une formation a été fourni pour les médecins cardiologues « y’a des médecins cardiologues qui ont été formé à la réadaptation et des fois on les envoie des malades pour discuter, d’expliquer aux malades comment faire la réadaptation mais c’est une réadaptation dans le temps, on leur explique l’activité physique à faire. »

Précédent Le SIDA : « Connait ton statut », le CNLS sensibilise
Suivant PROJET 50 MILLIONS DE FEMMES ONT LA PAROLE: Le comité de pilotage a démarré ses travaux