Serigne Mbacké persiste sur la limitation du mandat présidentiel



Un mois après s’etre exprimé sur la question de l’électricité. en demandant aux sénégalais. de procéder à des. rectifications. en allant à la SENELEC, le. leader Sérigne. Mbacké NDIAYE. a aujourd’hui salué la maturité des populations pour leur esprit de dépassement et à ne pas se laisser influencer par une tierce personne. Un point essentiel qui a ouvert sa conférence de presse tenu ce matin a permis aussi d’encourager la SENELEC sur l’augmentation du prix de l’électricité tout en invitant les populations de ne pas répondre aux perturbation s pouvant conduire à l’instabilité du pays, de saluer la journée de propreté initiée par le chef de l’etat.
La question de la sécurité a aussi été abordé à travers l’aide aux militaires.
En ce qui concerne la situation politique actuelle du p,ays,Serigne Mbacké NDIAYE rectifie et est pour la non limitation du mandat présidentiel « le mandat présidentiel en France n’a pas la même valeur au Sénégal, le président qui est élu en France, il n’est pas jugé sur un nombre de kilomètre de route, il n’est pas jugé sur l’électrification, il n’est pas jugé sur les universités construites, les écoles, les forages ainsi de suite, il est jugé à partir des autres critères » dit-il. Ainsi pour lui, dans une démocratie, la décision revient au peuple d’où il affirme « je porte cette idée au nom du groupe parce que telle est ma conviction. »A ce titre, le combat qu’il faut mener selon lui est pour la régularité et la transparence des élections « dès lors que les élections sont transparents, le peuple choisit qui il veut. »Sur cette position, il confirme en ses propos « telle est notre position que nous allons défendre vaille que vaille. »Par ailleurs, il a dénoncé l’attitude de certains leaders qui aujourd’hui défendent Me Abdoulaye WADE sont mal placés pour s’ériger en ascenseur contre eux. En outre, une limitation des partis politiques est indispensable selon lui en évoquant les alliances « il est pour nous indispensable d’interdire les coalitions de partis avant les élections législatives. » pense-t-il .Pour lui, les alliances doivent se faire au niveau de l’assemblée nationale « Que tous aillent aux élections, ce qui ne veulent pas aller aux élections, ils n’ont qu’à disparaitre » avec un taux d’1% est la deuxième condition. Sur le démarrage du non limitation dont il parle, il donne son point en se prononçant d’un principe qu’il propose même si son souhait est de l’appliquer dans les prochains jours « Nous pensons que cela doit se faire dès les prochains jours à venir. »

Previous Politique :Thierno Lô en tournée.
Next Nécrologie :Hommage à un confrère qui est parti sans crier "Youssouf N'diongue"