Société: Journée mondiale des malades mentaux

PAR Mme AMINATA LIBIN MBINGUE

J’ai eu la chance d’avoir fait le tour du Sénégal durant cette année. Et vous savez quel est le point commun entre toutes les villes du Sénégal?Les enfants talibés et l’errance des personnes qui souffrent de troubles mentaux, dans toutes les villes de ce pays.
Des hommes et des femmes, seuls, délirants, en loques et mouvants comme s’ils s’étaient auto-engendrés.
On ne sait pas prendre soin de ceux qui souffrent, de ceux qui ont besoin de protection.

Dans certaines régions, il n’existe pas de structures psychiatriques du tout. Il y a un seul psychiatre pour les régions de Tambacounda et Kédougou. Un. psychiatre pour toutes les régions de Ziguinchor, Sedhiou et Kolda. Il y a 35 psychiatres et les 3/4 sont à Dakar. Alors, certains se tournent encore vers des guérisseurs aux méthodes douteuses mais qui montrent une grande disponibilité psychique et qui savent très bien comment rassurer les familles dans le désarroi.