Société: Le cadre unitaire des syndicats de la SDE demande une augmentation de 15% des actions de la nouvelle société


Le cadre unitaire des syndicats de la SDE a convié la presse ce vendredi 09 aout 2019 au centre des métiers de l’eau. Cette rencontre fait suite à la décision de l’ARMP du 29 mai dernier autorisant la poursuite du processus par le ministre de l’eau et de l’assainissement en vue d’une attribution définitive du contrat d’affermage pour la gestion de l’hydraulique urbaine au Sénégal.


Les travailleurs de la SDE regroupant les syndicats SAT-SDE, SUTES(CNTS), SNTEC(CDSL), UTIS(UNSAS), SDTE (CNTS FC) en lutte pour une prise en compte effective de l’augmentation de la part de capital du personnel dans la future société ont tenu une conférence de presse dans l’après-midi. Cette rencontre avec la presse constitue leur premier jalon de revendication qui va à l’encontre des autorités.Elimane DIOUF, secrétaire général de la SAT-SDE a rappelé d’abord le processus de réforme qu’ils mènent depuis 2 ans marqué par des grèves à l’issu d’un protocole et qui tarde à se matérialiser. Pour ce dernier, la première réunion du comité ad hoc (Ministère et Syndicats de la SDE) faisant suite au protocole d’accords signé le 1er mai 2018 a toujours été accompagnée d’un prétexte de la finalisation du processus pour la convocation de ce comité par le ministère. Le coordonnateur en poursuivant souligne que cela devait être leur premier point d’accord avec le ministère de tutelle mais tel n’est pas le cas pour cette réunion qui n’a pas porté ses fruits. En allant plus loin, il renseigne en ses termes : « Grande a été la déception de la délégation syndicale de constater que la délégation mandatée par M. le ministre Serigne Mbaye Thiam à cette réunion a voulu maintenir le statu quo à savoir maintenir la part des travailleurs à 5% alors que lui et son prédécesseur M. Mansour FAYE ont toujours pris l’engagement de faire évoluer la part des travailleurs. »
Ainsi, Elimane DIOUF juge cette situation inacceptable pour les travailleurs car estimant que les solutions étaient envisagés comme suit : soit les 25% alloués à l’état, soit les 25% réservés aux privés nationaux ou dans les 2 cas et pour attribuer plus de 5% aux travailleurs pour atteindre les 15%.C’est sous l’emprise de la colère qui l’a emporté que Baba NGOM, lui, affirme toute éventualité d’un manque d’eau le jour de la tabaski avant d’en rajouter que des procédures seront entamés pour la satisfaction de leur revendication. Interpellé sur le délai de rigueur fixé au 18 aout sur le fait de boucler le processus de création de la nouvelle société, il pense que c’est une question dépassée et que les travailleurs vont avoir de la représentation. Concernant la réclamation de leur 15%, il précise que cela pourrait réconforter les travailleurs dans le conseil d’administration. « Avec 15% nous allons avoir plus de représentations dans le conseil d’administration »dit-il. Même si Elimane DIOUF parle d’une question déjà soulevée avec un calcul au moins une représentation, il estime qu’il espère meilleur sur le plan de la représentativité. Dans ses propos, le secrétaire général de la SAT-SDE n’a pas hésiter à dire « nous allons réactiver la procédure pour entamer un pré- avis de grève.
Dieynaba AGNE