Son écho sur le tarmac ! « Moussa Ndour » responsable politique LDR/YEESAL département Nioro


 

Pendant que les langues se délient sur l’achat de l’avion prédidentiel le leader politique Ousmane Sonko a abordé la question de l’Eco qui a réuni des intellectuels à Lomé.

Le jeune leader frappé par une mesure d’interdiction de sortie du territoire corollaire à sa mise sous contrôle judiciaire a développé tout un argumentaire autour de la nécessité de rompre avec le franc CFA sur le quel il nous faut un instant revenir.

S’il est d’avis qu’on doit reconsidérer tout le levier budgétaire il n’en demeure pas moins qu’une dignité patriotique adossé à un examen lucide et documenté doit accompagner les politiques publiques afin d’asseoir comme il le fait constater:

– une politique monétaire autonome
– une poilique d’échanges flexibles pour corriger nos erreurs de choix économiques et absorber nos chocs extérieurs, tout ceci couplé à une gestion vertueuse, ortodoxe et transparente de nos ressources naturelles, des réformes consolidantes et stabilisantes ainsi qu’un climat favorable à l’éclosion de notre secteur privé national prioritairement doivent être menées.

Surfant toujours dans son ambition de briguer le mandat présidentiel Ousmane Sonko, dans une constante allégation fera savoir que le seul obstacle est la défaillance du leadership africain qui, renchérit -il est incapable de comprendre les enjeux du divorce avec le franc CFA.

Cautionnant la ruputre avec le paternalisme français il préconise:
– Un taux d’échange fixe.
– Une auto assurance à travers un mécanisme africain de solidarité
-Une monnaie unique qui devra être précédée d’un gouvernement unique avec un ministère des finances fédéral capable de mener une politique de solidarité entre les pays dans la perspective de mieux asseoir une souverainenté.

Ainsi admettra t- il que nous sommes dans la zone la mieux intégrée avec une histoire assez imbriquée.
L’option courageuse est soit de partir d’une monnaie individuelle, soit d’adopter une monnaie commune soit encore la monnaie UEMOA totalement libérée de la France.

Aucun intellectuel sérieux ne peut douter de la pertinence de ses arguments. En vérité , la nécessité d’une urgente intertextualité en invoquant le Président Alassane Dramane Ouattara sur la même question de l’Eco pour qui les discussions sur l’accord monétaire avec le Président Manuel Macron ont démarré depuis le 3 décembre 2017 à Dakar me donne l’allure de répétition aux relans de reprise de décisions déjà prises .
Il s’agit de:

1. Abandonner la teriminlogie du franc CFA.
2. Tranférer les avoirs, les devises que nous avons dans le compte d’opération francais à la banque centrale qui en fera désormais ce qu’ elle voudra.
3. Les fançais ne siégeront plus au conseil d’administration de la banque centrale, à son comité de politique monétaire et à la commission bancaire.

Le franc CFA continuera de circuler jusqu’à la mise en place de l’Eco. La fixité et l’arrimage à l’Euro ne sont juste fonction de la vocation agricole de nos pays et de l’exportation de nos produits agricoles dans l’union européènne.

L’arabie saoudite faisant dix fois l’UEMOA a sa monnaie arrimée au dollar en tant que pays exportateur de pétrole vers les Etats Unis.

Les huit pays de l’UEMOA remplissent les critères de convergence ( Réduction des dépenses, du taux d’inflation et de l’endettement. Soit un taux d’endettement de 48% en Côte d’Ivoire et de 70 % dans certains pays malheureusement.

Les pays de L’UEMOA maintiennent leur taux de croissance entre 6 et 7 % .S’il y a 2 autres pays qui remplissent ces critères ils commenceront déjà à former à dix avec une banque centrale commune doublée de la parité de la monnaie.
L’entrée du Ghana dans l’union peut être un début de réussite avec une possible combinaison d’arrimage Euro – dollar.

Le Président Ouattara parle de fantasme et qualifie de discours populiste les agissements faisant état du paternalisme francais. À l’image de l’Euro qui aura connu trois ans de mâturation, l’ancien Directeur de la banque centrale et ancien Directeur adjoint du fonds monétaire international affiche son optimiste quant à la décision prise depuis le 29 décembre 2019 pour passer du franc CFA à l’Eco
Moussa Ndour
Coordonateur départemental du LDR YEESAL à Nioro

Previous LES PHARMACIENS PRIVÉS SURSOIENT À LA VENTE DES MÉDICAMENTS DONT LES PRIX CONNAISSENT UNE HAUSSE
Next Anpels attristée par l’accident mortel de l’équipe de leral et présente ses condoléances