XEl,COMprestige, le nouvel bébé qui innove dans l’excellence et de l’expertise


XEl,COMprestige, le nouvel bébé qui innove dans l’excellence et de l’expertise
XEL’COMprestige a tenu son premier salon virtuel suivi d’un point de presse ce jeudi 01 juillet 2020.Ce forum axé sur l’industrie et l’agrobusiness au Sénégal a regroupé plusieurs panélistes en accompagnement à XEL’COMprestige.
En accompagnement avec la CONFEJES, IPAR, ASEPEX, ADEP, KHELCOM BACHES, XEL’COMprestige a organisé ce matin une cérémonie de son salon virtuel business Sénégal. Ce nouvel bébé d’un entrepreneur accompagné par ses structures est la réalisation d’un leader comme le pense sa directrice .La nommée Mme NIASSE, Aïssatou CISSOKHO directrice générale de XEL, COMprestige renseigne que cela se passera en ligne en affirmant que le thème est un programme pour l’évolution du continent. Ainsi cette première édition a pour mission de sensibiliser sur l’importante approche multi dimensionnelle sur l’agrobusiness. Ce salon se tiendra du 25 au 30 juillet sur une plateforme entièrement numérique contenant 80 exposants et 25.000 visiteurs sur cinq jours, a-t-on appris auprès d’elle. Selon elle, ce salon vient à son heure au moment où la pandémie du Coronavirus a impacté les entreprises et l’économie générale à terre « À cet effet, on s’est dit qu’il faut innover et ne pas laisser notre économie locale souffrir »dit-elle. Avec des avantages comme l’interaction entre entreprises sous régionales, internationales et même planétaires, cela vient en appoint aux entreprises qui ne peuvent plus effectuer de déplacement et de l’annulation des salons et foires physiques. Dans ce sens la directrice rappelle les propos du DG de KHELCOM BACHES « il faut innover, innover dans l’excellence, innover dans l’expertise. »
Cependant, la directrice générale de XEL, COMprestige précise que le nombre de 80 participants n’est pas une limitation mais qu’il s’agit seulement d’un transfert fluide et non d’un bug informatique bref de l’excellence. Sur ce sujet, elle va plus loin dans ses explications « Nous ne voulons pas mettre le Sénégal sur une vitrine et que les entreprises partenaires de la sous-région viennent nous dire non votre plateforme bug ou non votre plateforme ne marche pas comme il faut. » En assimilant cela comme un pilote qui se veut le respect des caractérisques de la plateforme en offrant l’expertise et l’excellence. Cela en est de même pour le nombre de visiteurs : « Nous ne faisons pas du business pour faire du business, nous faisons du business pour avoir de l’impact pour que les participants qui viendront aient le temps d’assister aux ateliers tranquillement sans coupure, aient le temps d’être en contact ou en interaction avec les experts sans coupure. »

Previous Le SG du Cadre de Concertation Libéral Mouhamed Samb et les préventionnistes du Ministre de la Santé reçu demain à 13h par le Khalife Général des Tidianes à Dakar
Next Réunion du Conseil Consultatif de l'Industrie : La filiere de l'acier pour relancer les activités