BID: POUR UN DÉVELOPPEMENT DE LA CHAINE VALEUR DU RIZ



La Banque Islamique de Développement joue sa partition pour une chaine de la valeur du riz, le financement du programme national de microfinance islamique dit « PROMISE » a été conclu à Dakar au cours d’une cérémonie entre M Amadou Ba et Dr Bandar Hajjar.

La Banque Islamique de Développement accorde un financement de 60 millions de dollars pour Programme Nationale pour la Microfinance Islamique au Sénégal (PROMISE).Un projet qui va apporter un soutien à près de 50000 micro entrepreneurs et va créer 25000 nouveaux emplois.
« L, objet du projet est de contribuer au développement socioéconomique du Sénégal grâce à l’inclusion financière de petits et micro-entrepreneurs , gérant plus d’emplois, une activité économique accrue et des moyens de subsistance améliorés , en se concentrant sur les chaînes de valeur de l’agriculture et ses services » , a déclaré le ministre de l’économie des finances et du plan monsieur Amadou Ba. Il s’est exprimé lors de la cérémonie de signature entre son département et la BID ce lundi 15 Javier 2019.Pour lui plus spécifiquement , le projet devrait d’augmenter de 3 points de pourcentage le taux d’inclinaison financière des populations défavorisées. Poursuivant ses explications il ajoute que le coût total du projet est estimé à 82 millions de dollars. La contribution de la BID au financement du projet est de 60,3 millions de dollars au profit des institutions de Microfinance. « Ce projet de Microfinance islamique qui vise à assurer l’inclusion financière des couches vulnérables s’inscrit dans le cadre du Plan Sénégal Émergent (PSE) mais est également conforme au programme stratégique de la BID qui vise à fournir un financement ayant un impact social à ses pays membres » a renchéri M.Ba . Le ministre a par ailleurs félicité la BID pour son soutien constant au gouvernement et au peuple sénégalais. Prenant la parole le président de la Banque Islamique du Sénégal monsieur Bandar Hajjar soutient que le projet vise à tester la technologie de stabilisation des sols de l’entreprise malaisienne PROBASE afin de doter le Sénégal d’infrastructures de transport en milieu rural dans les zones du projet. Et il continue son speech en expliquant que de manière plus spécifique , le projet permettra la construction de 52 km de routes rurales dans les régions de Thiès, Diourbel, et Kaolack , contribuant ainsi non seulement à une meilleure connectivité , mais également à la création de nouveaux emplois dans zones du projet.Il dit que le coût total du projet est estimé à 41,1 millions d’euros.La contribution de la BID au financement du projet est de 27,59 millions d’euros. Il s’agit d’un financement mixte de différents guichets de la BID composé d’un financement ordinaire de la BID , d’une subvention du Fonds « Lives et livelihoud fun » « LLF » permettant la transformation et la confessionnalité du financement dans son ensemble , d’un financement du Fonds de solidarité islamique et d’une subvention d’assistance technique. Et le projet rentre dans le cadre du programme régional développement de la chaîne de valeur du riz de la BID .Son objectif au Sénégal est de contribuer à la réduction des importations de riz et à la consolidation de la croissance économique en améliorant la production , la transformation et la commercialisation , en renforçant la participation du secteur privé sénégalais. Et plus précisément le projet permettra d’augmenter de manière substantielle la production et la proactivité du riz en utilisant l’approche basée sur la chaîne de valeur d’augmenter les revenus des petits exploitants et réduire la pauvreté et l’insécurité alimentaire , de créer aux marchés et de renforcer la capacité de services institutionnels , notamment par un engagement effectif du secteur privé.

Précédent Présidentielle 2019 ,l'UE signe le protocole d'accord avec le Sénégal .
Suivant khoureychi Thiam a " trahi son parti pour rejoindre Macky sall".