Gestion de la transparence des pêches ( FITI) pret à relever le défil

Pêche : FITI prêt à relever le défi de la transparence pour une gestion durable des pêches
Dans le soucis de bien mener l’avenir des pêcheries et d’une bonne gouvernance dans le secteur des peches,en particulier la transparence, la participation et la responsabilité,FITI(l’initiative pour la transparence des pêches) a tenu un atelier de partage et d’échange du standard FITI ce jeudi 28 novembre 2019.Autorités gouvernementales, professionnels et entreprises de peche,la société civile ont participé à cette rencontre servant d’un cadre d’échange pour une gestion plus durable des pêches maritimes.


La FITI qui se veut comme une initiative unique, un seul effort global qui favorise par le biais de la transparence et la collaboration multipartite des conditions équitables dans le domaines des pêches a tenu un atelier ce matin. Par ailleurs, il fournit un cadre mondial unique pour aider les pays côtiers à accroitre la crédibilité et la qualité des informations nationales sur les pêches et à démontrer leur engagement à améliorer la gouvernance des peches.M.Chérif SAMBOU, chef de la division valorisation des produits de la pêche artisanale à la direction des pêches maritimes s’explique « c’est une journée très importante aujourd’hui par rapport à la transparence de la gouvernance des pêcheries au Sénégal. »dit-il. Pour rappel, il renseigne qu’en 2016 de l’engagement du chef de l’état à intégrer la FITI d’où un précédent atelier de sensibilisation des parties prenantes à l’époque. Selon lui avec l’accompagnement du PRCCM à mettre en place une coalition pour cette transparence des poissons d’une grande consommation au Sénégal, cela a permis dans le dispositif qu’il y’est une transparence en impliquant les acteurs.S’agissant des cibles,M.SAMBOU parle d’un tout un processus pour adhérer à la FITI avant de préciser la mise en place de certaines organes à l’image de l’autorité chargé de la gouvernance qui n’est pas encore défini tout en saluant l’effort et la chance qu’a eu le Sénégal d’intégrer la FITI pour coordonner au niveau de l’Afrique de l’Ouest. Il soutient « il faut aujourd’hui qu’au Sénégal qu’on puisse désigner le département qui a en charge FITI et d’en désigner son point focal FITI qui ne travaillera que pour la transparence de la pêche. »
Pour M. Barthelemy BATIENO chargé des opérations et coordonnateur du programme de gestion durable des ressources naturelles au niveau du partenariat régional pour la conservation de la zone côtière et marine en Afrique de l’Ouest c’est une organisation qui regroupe 80 structures dont les organisations internationales, les organisations à l’échelle nationale, les centres de recherche, les réseaux etc….Dans cette même lancée, ce dernier souligne « pour le domaine qui nous intéresse aujourd’hui, nous avons accompagné un certain nombre d’initiatives notamment la mise en place de FITI et ceci en travail dans certains pays comme la Mauritanie, le Sénégal, la Guinée. Et par rapport au choix porté sur ses pays, il précise de l’apport pélagique constituant l’alimentation d’une bonne partie de la population au Sénégal et également source de revenus. « Il est important pour que tous les acteurs ensemble puissent comprendre un peu ce mécanisme de FITI et trouver ce cadre de concertation pour ensemble aller vers la mise en place des structures de FITI. »conclut-il.